L’Avis de Pascal Courtois sur la réforme des critères d’admission au DEJEPS  

L’Avis de Pascal Courtois sur la réforme des critères d’admission au DEJEPS Pascal COURTOIS - Tennis

Suite à l’article paru dans le magazine Grand Chelem n°48 (We Love Tennis) de Bernard PESTRE, DTN adjoint en charge du département formation et enseignement, je souhaitais réagir et apporter mon analyse personnelle.

En faisant une expertise de la réforme sur les conditions d’inscription aux tests de sélection du DEJEPS, je tiens à présenter ma vision des choses en ce qui concerne le niveau de tennis requis, à savoir 15/2.

Je suis en total désaccord avec vous, Monsieur PESTRE.

L’Académie des Hauts de Nîmes a formé plus de 60 coaches ces 10 dernières années.

En temps qu’enseignant motivé par mon métier, il me semble que votre choix n’a aucun sens pour le développement de notre sport. Pour moi, monter à 15/2 ne demande aucune aptitude particulière. Un peu de physique et d’endurance suffisent à atteindre ce niveau. Plusieurs joueurs de mon Académie sont passés en un ou deux ans de 30/2 à 15/2.

Même si cette progression est notable, le temps consacré pour monter à 15/2 semble bien court pour mériter l’entrée dans la carrière de toute une vie. De plus, posséder un bagage technique de qualité est une valeur ajoutée importante (le classement à 15 garantissait sûrement mieux cet aspect ).

Un de mes entraîneurs, à mes débuts, M. Georges DENIAU, sportif et entraîneur reconnu, avait une vision de l’enseignant basée sur les qualités certes, mais une bonne technique de base lui paraissait essentielle. La technique semble être importante et le classement 15/2 est loin de la garantir.

Le staff 2016 avec des coachs formés au sein de l'Académie

Je conviens également, que même un bon niveau de jeu, tout en étant un plus, n’assure pas au futur enseignant les qualités pédagogiques et la nécessaire passion qui font tous les excellents enseignants de nos clubs.

On pourrait, plutôt que de baisser le classement, penser à confier aux CSD et CTR une mission de repérage de compétiteurs ayant la fibre et vocation pour l’enseignement.

Oui, je reste persuadé que le classement 15/2 est trop bas et trop aisé à atteindre.

Dans le circuit de tournois que j’organise l’été (Circuit Tennis NIMES GARD), je vois régulièrement des joueurs qui gagnent plusieurs classements sur 8 à 10 tournois et montent donc à 15/2 en 2 ans.

Monsieur PESTRE, cela renforce donc mon impression que cette nouvelle réforme est une aspiration vers le bas du niveau des enseignants et à ce titre une dévalorisation de notre profession.

Vive le Tennis tout de même !!!

Pascal COURTOIS, coach et co-directeur de l’Académie des Hauts de Nîmes.

 

No comments yet.

ADD YOUR COMMENT




reset all fields

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sign up for Newsletter:

Envie de jouer /progresser ou matcher cet été ?RESERVER UN STAGE